Retour Web & tech

Valérie Gombart (Hi Inov - Dentressangle Initiatives)
"Hi Inov va réaliser une quinzaine d'investissements en France en 5 ans"

image 03 Fondée en 2012 par Pierre-Henri Dentressangle et Valérie Gombart, Hi Inov est la société de gestion de capital risque du holding patrimonial Dentressangle Initiatives. La directrice générale décrypte sa stratégie d'investissements.

Publié le 20 septembre 2013


image 034
 
Valérie Gombart, Directrice Générale de Hi Inov. © Hi Inov
 

JDN. Qui sont les souscripteurs d'Hi Inov ?

Valérie Gombart. Nous avons levé 27 millions d'euros au terme d'un premier closing, auprès de deux institutionnels, la Caisse d'Epargne et la mutuelle Unéo, et d'entreprises ou d'industriels. Parmi eux, des corporate, comme le groupe Amaury, et 24 holdings entrepreneuriales (dont Weber Investissements, ICMI)... Notre particularité, c'est que nos souscripteurs ne sont pas tous entrepreneurs du web. Certains viennent des secteurs de la chimie, de la métallurgie, de la distribution, de l'immobilier, de la banque... Notre objectif est de porter le montant du fonds à 50 millions d'ici 2014.

Sur quels critères choisissez-vous vos start-ups?

Nous investissons dans des sociétés relativement jeunes, entre 500 000 et 4 millions d'euros de CA ; des start-up qui sont capables de dégager une marge sur coûts variables positive (une fois retiré le coût d'achat du produit, les frais de transport, de logistique, le SAV, et surtout les coûts d'acquisition clients, ndlr). On veut accélérer leur croissance, mais pas créer de la croissance intrinsèquement négative. Les start-up doivent montrer un fort profil de croissance et avoir déjà prouvé leur business model à petite échelle.

Dans quels secteurs investissez-vous ?

Nous nous intéressons plus particulièrement à l'e-commerce, mais uniquement quand les coûts d'acquisition client ne sont pas trop élevés. Plutôt que de se tourner vers de la pure distribution, où la concurrence est rude, nous préférons des start-up de niche, comme les antiquaires en ligne. L'e-commerce sur des objets à la demande, personnalisés, comme des storistes en ligne, nous intéresse également. La concurrence est moins forte, et les mots-clés moins cher. Nous investirons aussi dans les e-services en B2C ou B2B (agences immobilières en ligne, par exemple), les applications mobile B2B, les objets connectés (notamment dans le domaine de la santé), les technologies logicielles en support des e-commerçants (retargeting, emailing), les solutions de web-to-store et de magasin connecté...

Sous quelles modalités ?

Nous montons au capital à hauteur de 15% au moins, et jusqu'à 35% pour les plus jeunes sociétés. Nous avons une stratégie d'investisseur-leader : nous faisons les offres et posons les conditions. Il s'agit de deals simples, en equity. Nous suivons les start-up de près et réclamons une place dans les organes sociaux.

Combien recevez-vous de dossiers, et par quelles voies ?

35% du deal flow vient du réseau entrepreneurial, par exemple de personnes que nous avons déjà financées par le passé. 35% des dossiers viennent directement d'entrepreneurs qui postulent via le site, ou bien de démarches de notre part. 40% nous sont présentés par des intermédiaires. Nous avons reçu 250 dossiers en 2012, l'année de notre lancement, et nous devrions en traiter 350 cette année.

Avez-vous déjà finalisé des investissements ?

Un seul, pour l'instant, en décembre 2012, dans la société Geolid. Elle propose aux artisans et commerçants de TPE une publicité géolocalisée sur Google. Nous avons investi 1,5 million d'euros sur un tour de 3 millions, aux côtés d'A Plus Finance, actionnaire historique (450 000 euros), et du FSN PME (1 million d'euros). C'est une société mature, avec un CA de 4 millions d'euros en 2012 et une très forte croissance. La levée doit lui permettre d'étendre sa couverture au niveau national.

Quels sont vos objectifs de retour sur investissement ?

On attends deux fois la mise nette des frais, donc un portefeuille capable de rendre trois fois la mise investie, sur dix ans, en brut.

Quel va être votre rythme d'investissements ?

En cinq ans, nous prévoyons une quinzaine de participations.

Valérie Gombart est diplômée d'Audencia et d'un troisième cycle de droit de l'ingénierie financière. Professionnelle du capital-risque depuis 15 ans, elle a financé en fonds propres 25 jeunes entreprises innovantes. Ce portefeuille a généré 116 millions d'euros de plus-value nettes. Membre du Directoire et Directeur du département Technologies de l'Information et de la Communication de Seventure Partners jusqu'en 2011, elle rejoint Dentressangle Initiatives en 2012 pour épauler Pierre-Henri Dentressangle dans la création de Hi inov. Valérie Gombart a notamment accompagné depuis leurs débuts jusqu'à leur cotation ou adossement Vistaprint, Parrot, Maximiles, Easyvoyage, Maximiles...